Spécial Noël,

le ciné-club n°23

des films du Chat Roux

Des films de Noël, il y en a. Il y a en même des tas. Des drôles, des émouvants, des romantiques, des pour enfants, voir même des effrayants. On en a tous un préféré, un qui nous rappelle l’enfance ou, qui au contraire, casse le mythe selon nos goûts personnels.

Pour célébrer le retour du Ciné-club après un mois de silence (la création du site a été un peu plus accaparante que prévu) voici un Ciné-club spécial Noël avec deux de nos histoires de Noël préférées.

Mais avant tout chose, laissez vous entraîner à la découverte d’un des premiers films de Noël, si ce n’est le premier film de l’histoire du cinéma. “Santa Claus ” est un film britannique réalisé en 1898 par George Albert Smith.

 

Pour continuer dans les vieux films, mais en peu moins quand même, pourquoi ne pas redécouvrir “It’s a wonderfull life “, une excellente comédie dramatique de Frank Capra. Le film est sorti en 1946, et a été écrit d’après “The greatest Gift ” une nouvelle de l’écrivain britannique Philipp van Doren Stern.
Créé en studio, le décor de la petite ville de Bedford Falls reste un des plus grands décors conçus pour le cinéma avec sa surface de 16 000 m2
Placé en vingtième position du top 100 de l’American Film Institute, “La vie est belle ” est également le film préféré de James Stewart, parmi tous ceux auxquels il a participé.

À Bedford Falls, en cette veille de Noël, chacun adresse une prière au Ciel afin de venir en aide à George Bailey, ami et bienfaiteur de tous les habitants de la petite ville. L’Ange de seconde classe Clarence est envoyé sur Terre pour aider Bailey à sortir du mauvais pas dans lequel il se trouve et l’empêcher de se suicider.
Un chef-d’œuvre de tendresse et d’humanisme dont on ne se lasse jamais.

En décembre 1977, la chaîne de télévision ABC diffusa “It happened one Christmas “, un téléfilm inspiré du film de Capra, avec dans les rôles principaux Marlo Thomas, Wayne Rogers, Cloris Leachman et Orson Welles.

 

Un après le film de Capra, un autre film de Noël, “Le Miracle de la 34e rue ”  du réalisateur américain George Seaton, sortait sur les écrans. Basée sur une histoire de Valentine Davies, cette comédie dramatique illumine depuis les Noëls de nombreux cinéphiles.
Nathalie Wood, alors âgée de 9 ans, y joue un de ses touts premiers rôles.
Miracle on 34th Street ” a obtenu le Golden Globe du meilleur scénario 1948 pour George Seaton. Ainsi que trois Oscars. L’Oscar du meilleur scénario adapté pour George Seaton, l’Oscar de la meilleure histoire originale pour Valentine Davies et l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour Edmund Gwenn.

Afin d’animer le rayon jouets de son magasin pendant les fêtes de fin d’année, Doris Walker embauche, pour jouer le rôle du père Noël, Kris Kringle, un vieil homme farfelu, qui prétend être le vrai père Noël. Pour prouver à Doris et surtout à Susan sa fille qu’il n’est pas fou et qu’il dit la vérité, Kris décide, soutenu par un jeune avocat, d’aller au tribunal.
http://www.dailymotion.com/video/xupc19_le-miracle-sur-la-34eme-rue-bande-annonce-vo_shortfilms

Au fil des ans, le film a fait l’objet de quatre remakes pour la télévision et d’une adaptation en comédie musicale à Broadway. Et surtout, d’une nouvelle version cinéma supervisée par George Seaton et tournée en 1994 par Les Mayfield avec Richard Attenborough et Elizabeth Perkins.

Quelle que soit la version que vous choisirez, regardez là en famille, les grands comme les petits se laissent prendre à la magie du miracle de Noël.

 Bons films et surtout, Joyeuses Fêtes de fin d’année.

Retrouvez des photos des films sur notre rubrique Ciné-club, sur Pinterest.